LE CABINET D’ECHOGRAPHIE FERME SES PORTES

Après 10 ans de dépistage échographique avenue du Général Michel Bizot, le cabinet d’échographie ferme ses portes le 30 septembre prochain.

Comme à la fin de toutes les histoires, on est un peu triste de se quitter.

Je ne partirai pas sans remercier toutes celles et tous ceux qui sont venus à moi et qui m’ont fait confiance.

J’ai eu beaucoup de plaisir à recevoir chacune de vous, parfois seule, la plupart du temps avec son conjoint

Beaucoup de plaisir à accompagner la grande aventure de la naissance, depuis les premières semaines incertaines jusqu’aux veilles d’accouchement, heureuses et fatiguées.

Un grand plaisir à vous faire rencontrer, à travers des images échographiques, les contours d’un nouveau bébé, les palpitations subtiles de la vie, les mouvements francs de l’enfant qui grandit.

J’ai partagé vos joies, quelques fois vos craintes, je vous ai informées et accompagnées du mieux que j’ai pu avec les outils qui étaient les miens.

Un grand plaisir à vous écouter vous raconter, à l’occasion d’une prochaine naissance, à partager les interrogations que toute nouvelle situation de responsabilité fait apparaitre.

Toutes ces relations éphémères et fortes, dans l’intimité d’une consultation, m’ont nourrie, réchauffée et épanouie.

Je n’oublie pas celles d’entre vous dont la grossesse a été difficile, et auxquelles « je n’ai pas annoncé que de bonnes nouvelles ».

J’espère avoir été là pour elles aussi, dans la joie et parfois dans la peine.

Je voudrais remercier mes partenaires, sans lesquels ce cabinet n’aurait pas pu exister et se développer : Marc et Gloria, indispensables, ma fille Perrine, mon fils Bastien, bienveillants et compétents, Amani, Marion et toute l’équipe, Ophélie, Hugues, et surtout Pauline à qui je confie ce message.

J’en oublie probablement

J’ai donc atteint l’âge de la retraite.

J’ai commencé à pratiquer l’obstétrique et à faire des accouchements en 1976.

A la maternité de l’hôpital Saint Antoine, aujourd’hui fermée.

J’ai vu apparaître les premiers sonicaïd pour écouter le cœur du bébé.

Les premières échographies qui ne se généraliseront que 10 ans plus tard.

Les premières péridurales

J’ai travaillé dans de nombreuses maternités de province que les réalités économiques ont contraintes une à une à la fermeture : Barcelonette, Embrun, Sisteron, Chamonix…

Notre société s’est transformée au cours de ces dernières décennies. Des changements importants sont intervenus, dans les modes de vie, dans les modes d’accouchement, dans les modes de pensée surtout.

Pourtant les processus de la conception, de la maternité, de la naissance et de l’allaitement ont des bases biologiques inchangées desquelles, à mon sens, il faut veiller à ne pas trop s’écarter.

Profitez des nouvelles avancées technologiques qui augmentent le confort et réduisent les risques mais ne vous laissez pas déposséder de votre capacité à enfanter, de votre formidable force de mère et de parent.

Gardez votre réflexion, votre étonnement, vos questionnements intacts pour que cet enfant soit le vôtre tel que vous l’avez voulu et conçu, tel que vous l’accompagnerez tout au long des chemins de sa vie.

Enfin, aimez, aimez-vous les uns les autres, sans frontières, sans limite, sans réfléchir et sans partage.

C’est la seule grande et vraie réalité de notre condition de mammifère placentaire. Pendant toutes ces années, je crois que je n’ai fait que cela : aimer.

Velyne Tourneux

montage-velyne-tourneux-echographie-fermeture-cabinet echographie paris12